« Ô Mort, vieux capitaine, il est temps ! Levons l’ancre !

Ce pays nous ennuie, ô Mort ! Appareillons !

Si le ciel et la mer sont noirs comme de l’encre,

Nos coeurs que tu connais sont remplis de rayons ! »

Charles Baudelaire, Le Voyage

ICI, AGNEAU N°X

UNE CRÉATION COLLECTIVE DIRIGÉE PAR ADÈLE GASCUEL

Il y a ceux qui reviennent toujours au point d’où ils viennent, accompagnés de leurs riches aventures et de leurs souvenirs les plus chers. Ils font sur la scène un musée bien agencé. Le théâtre est une Rome. Ils s’approprient ce qui est traversé, l’Empire a son centre.« Tous les chemins mènent à Rome »  dit le proverbe: sur la carte ils dessinent une étoile dont la scène est le centre. Elle accumule, intègre, rayonne de feux ravivés dans leurs plus beaux éclats.

    Il y a ceux qui partent dans un grand périple dont ils ne reviennent jamais. Ceux-là se réclament d’Alexandrie et ont quitté la scène. Lorsqu’il voyageait, Alexandre le Grand faisait sa carte – il baptisait les villes conquises, et à son époque existait près de soixante-dix villes du nom d’Alexandrie. Rome est unique mais Alexandrie prolifère. Alexandre le Grand meurt en Irak, sans avoir revu ni Babylone ni la Macédoine. Il a tracé des lignes confuses sur la carte. Une conquête sans territoire, un voyage qui se quitte au fur et à mesure qu’il avance et refuse la logique du demi-tour.

    Et puis, il y ceux qui se retrouvent dans un théâtre démunis de ce qui a été traversé. Pour ne pas devenir un capital à faire valoir, il s’agit de se maintenir à l’endroit de la perte. Se maintenir à l’endroit du feu sans sa flamme. Et au lieu de voyager, se tenir là. Quitter l’accumulation de Rome et la fuite d’Alexandrie pour se tenir au bord – à l’endroit aveugle où manque le dehors. 

 

    De quoi fait-on l’expérience ? Comment rendre compte du voyage en tant que prise de risque au travers de la performance ? Comment raconter sans faire témoignage, mais pour mieux partager, à nouveau, ensemble, ce qui fut vécu ? Et comment l’impuissance peut-elle se faire puissance ?

Car nous sommes ici, et le public est le centre du feu : l’endroit de l’expérience au moment où a lieu le temps de la représentation.

ICI, AGNEAU N°X

Une création collective

dirigée par Adèle Gascuel

avec

Adèle Gascuel

Chloé Giraud

Nicole Mersey Ortega

Catherine Hargreaves

Regard extérieur Manon Worms

Création sonore Antoine Bellini

Création lumière Sandrine Sitter

Accueil Studios Virecourt / TNG-CDN de Lyon / Ramdam, un centre d’Art.

Co-production La Chapelle Théâtre, Amiens / NTH8, Lyon 

Production Compagnie les 7 soeurs.

 

DATES DE CRÉATION 

Du 12 au 14 février 2019, NTH8, Lyon

DOSSIER ICI, AGNEAU N°X